Accueil » La respiration aquatique ou comment respirer en natation

La respiration aquatique ou comment respirer en natation

La respiration aquatique est la respiration du nageur qui souhaite nager longtemps sans s’arrêter. C’est une compétence indispensable dans l’apprentissage du savoir nager autant pour les débutants que les nageurs avancés.

Dans l’apprentissage de la natation, souvent on apprend aux élèves les techniques de déplacement avant la respiration aquatique qui, plus technique, arrive plus tard. Respirer en natation c’est un peu difficile car l’inspiration hors de l’eau dure très peu de temps. C’est en effet une compétence, certes essentielle, mais qui est un peu technique donc cela vient un peu plus tard dans le processus de l’apprentissage du savoir nager.
Souvent les élèves débutants nagent en immersion complète. La tête et le corps sont complètement immergés et la respiration est bloquée : on prend une grande inspiration avant de s’élancer, on bloque son air et on nage sur 5-10 mètres en apnée. Par contre, ne maîtrisant la respiration aquatique, ils doivent s’arrêter pour reprendre leur respiration. Ceci n’est pas du tout optimisé ! S’il faut s’arrêter tous les 5-10 mètres pour reprendre sa respiration on va pas bien loin…

Dès que les techniques de déplacement sont acquises tels que battement de jambes, mouvement des bras, alignement du corp, flottaison etc… On doit apprendre la respiration aquatique pour ne plus s’arrêter pour respirer (se tenir au bord ou reposer les pieds au sol).

La respiration aquatique ou « respiration du nageur » est une technique assez simple dès qu’on comprend qu’il faut déclancher l’inspiration reflexe

Simple, voir même évidente, mais la respiration en natation n’est pas si évidente à mettre en oeuvre, surtout pour les débutants ! La respiration aquatique c’est le fait d’expirer sous l’eau tout son air afin de déclencher une inspiration reflexe (hors de l’eau bien sûr). Cette inspiration reflexe doit durer 1 seconde. C’est rapide ! Le but et de lever la tête (devant ou sur le côté) le moins longtemps possible ! Si on ne souffle pas son air dans l’eau (l’air vicié qui s’est transformé en CO2) avant de lever la tête l’inspiration reflexe n’est pas possible.

Pourquoi l’inspiration reflexe c’est important ?
Le fait de lever la tête pour inspirer modifie la position du corps dans l’eau : le bas du corps tombe à la verticale et cela freine le nageur alors que la position optimale est d’être au maximum à l’horizontal.

Les peurs d’inspirer de l’eau lorsqu’on sort la tête est grande ! D’ailleurs, on respire par la bouche ou par le nez ?
On souffle et on inspire par la bouche. Il faut rentrer le menton, basculer un peu la tête vers le bas pour que l’eau qui dégouline tombe vers le bas au lieu de rentrer dans la bouche au fond de la goerge et vous empêche la prise d’air ! Cette peur est classique chez les débutants. Il faut s’entraîner régulièrement pour que cette respiration devienne un automatisme.

Le processus complet de la respiration aquatique débute avec la prise d’une inspiration hors de l’eau (par la bouche) puis…

  1. bloquer son air sous l’eau pendant x secondes (la tête est immergée et on nage)
  2. souffler son air fort et rapidement au moment où on veut inspirer
  3. lever la tête, inspirer pendant 1 secondes … et recommencer…

C’est pourquoi aux enfants on dit souvent « faites des bulles » cela participe à l’apprentissage de la respiration aquatique (simplifiée). Le fait de faire des bulles actionne l’expiration aquatique ce qui ensuite qui déclenche l’inspiration reflexe, soit, le besoin de lever la tête de l’eau et d’inspirer immédiatement. L’inspiration dure 1 seconde ! En 1 seconde, le corps n’a pas le temps de basculer à la verticale.

Le défaut classique des élèves qui apprennent à nager est de bloquer l’air stocké dans les poumons lorsqu’ils nagent dans l’eau (souvent sous l’eau) puis, 5 / 10 mètres plus loin, lever la tête et expirer / inspirer plusieurs fois avant de s’immerger et reprendre leur déplacement. Ce défaut de respiration va entraîner le corps de la position horizontale (normale) vers la position verticale ce qui freine beaucoup le déplacement. L’élève perd toute sa vitesse à chaque respiration parce que le corps ne reste pas à l’horizontale.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut